Actus F1 ////

Razia avait contacté 400 sponsors potentiels

Il est encore plus difficile de rester en F1 que d’y rentrer. Ce n’est pas Luiz Razia qui dira le contraire, lui qui a été débarqué par Marussia avant même le début de la saison !

Le chemin qui l’a mené à son premier contrat en Formule 1 était néanmoins semé d’embûches, et le jeune Brésilien a eu toutes les peines du monde à trouver des partenaires financiers.

Oh, j’en ai perdu le compte”, soupire Razia quant au nombre d’entreprises qu’il a contactées. “Nous travaillons avec deux sociétés différentes, et pour être honnête, nous avons discuté avec 350 ou 400 d’entre elles. Non seulement nous discutions avec l’entreprise, mais aussi à tous les responsables, aux personnes-clés, nous avons eu de nombreuses réunions…

Je ne compte plus le nombre de jours que j’ai passés dans des réunions à essayer de vendre mon projet, alors que j’aurais pu faire autre chose. Mais malheureusement, nous n’avons pas trouvé d’accord”, regrette-t-il.

Razia estime que ses difficultés à trouver des sponsors sont en partie causées par le fait que sa famille ne vienne pas d’une classe sociale aisée.

Nous n’avons jamais eu une grande influence sur le plan politique, ma famille ne vient pas de la haute société de São Paulo ou d’autre part”, explique le vice-champion de GP2. “Nous venons d’une petite ville du comté de Bahia, et tout ce que nous avons fait, c’est frapper à une porte, faire connaissance avec quelqu’un qui connaît quelqu’un d’autre, et ainsi de suite. Donc il nous a fallu beaucoup d’efforts pour arriver là, et si nous n’avons pas encore réussi à trouver un sponsor [brésilien], c’est peut-être parce que nous n’avons pas d’influence dans le milieu”.

Quant aux difficultés qui lui ont coûté son baquet chez Marussia en 2013, le Brésilien les relate avec précision : “Nous n’avions pas d’accord avec Filabé [entreprise de cosmétiques brésilienne] et par erreur, l’équipe les a mis sur ma combinaison via Photoshop, alors qu’au final, ils sont partis. Ils ont eu l’exposition médiatique sans avoir fait quoi que ce soit. J’en suis vraiment désolé”.

Ayant perdu toute chance de débuter en F1 dès maintenant, Razia s’est déjà tourné vers un baquet de troisième pilote. S’il ne veut pas révéler avec quelles équipes il est en discussions, souhaitant se montrer plus discret que lorsqu’il avait annoncé sa titularisation chez Marussia en avance, il affirme que ce n’est “pas très dur à deviner”. Ce pourrait donc être Force India : Razia avait fait les rookie days de Magny-Cours avec l’équipe indienne et avait négocié pour devenir le coéquipier de Paul di Resta.

VOUS AIMEZ ?