Actus ////

L’Histoire des Grands Prix aux États-Unis (4/5)

Après le Grand prix de Las Vegas 1982, ToileF1 fait aujourd’hui un bond vingt ans plus tard pour vous emmener sur l’Indianapolis Motor Speedway où se déroula le Grand Prix des États-Unis 2002.

Cette année-là, la manche américaine du championnat est l’avant dernière course d’une saison dominée de bout en bout par Michael Schumacher et Ferrari. Le Baron Rouge est sacré Champion du Monde dès le 21 juillet, à Magny-Cours, alors que la Scuderia réussit l’exploit de marquer autant de points que les dix autres écuries réunies ! A Indianapolis, ne restent donc en jeu que les miettes de la paire germano-italienne, mais dès les qualifications, il apparaît difficile pour la concurrence d’aller chercher la victoire, puisque seul Rubens Barrichello, deuxième sur la grille, est parvenu à suivre le rythme effréné de la F2002 de son illustre équipier.

À l’extinction des feux, les deux pilotes Ferrari conservent la tête, l’Allemand devant le Brésilien. Ils restent dans cette position toute la course, sans jamais vraiment être inquiétés par leurs plus proches (ou moins lointains) adversaires de la saison, les Williams-BMW et les McLaren-Mercedes. Mais au moment de franchir la ligne d’arrivée, coup de théâtre : Schumacher lève le pied, Barrichello se porte à sa hauteur, et les deux monoplaces au Cheval Cabré semblent franchir la ligne en même temps. L’écart est si faible qu’aucun des deux hommes ne sait s’il est vainqueur ou non. Cette manœuvre rappelle bien sûr le scandale du Grand Prix d’Autriche, en mai, à la fin duquel Barrichello s’était effacé devant Schumacher, mieux placé au championnat.

Après chronométrage, C’est finalement le Brésilien qui remporte ce Grand Prix, avec onze millièmes d’avance sur Schumacher, et sept secondes de marge sur la MP4-17 de David Coulthard, ce qui fait de cette arrivée l’une des plus serrée de l’Histoire de la Formule 1 avec le Grand Prix d’Italie 1971 où un centième de seconde avait départagé Peter Gethin et Ronnie Peterson. Les techniques de mesure de l’époque ne permettait pas une précision au millième près, on ne saura donc jamais laquelle de ces deux course fut la plus serrée.

Schumacher déclarera après la course avoir voulu offrir une double victoire à l’équipe de Maranello en franchissant la ligne en même temps que son coéquipier, comme Ford l’avait fait lors des 24 Heures du Mans 1966. L’initiative du septuple Champion du Monde fut très critiquée, certains jugeant que Ferrari avait à nouveau tronqué la course.

Ce doublé à Indianapolis du duo Schumacher-Barrichello est le deuxième, après celui de 2000. Il y en aura encore deux autres, en 2004 et 2005, ce dernier étant tristement célèbre pour avoir été l’épilogue de la course la plus controversée de l’Histoire de la Formule 1, seules les voitures chaussées de pneumatiques Bridgestone ayant pris le départ.

VOUS AIMEZ ?