Actus F1 ////

Au cœur de l’usine Mercedes de Brackley (3/4)

L’assemblage des F1 avant les courses

Les mécaniciens reçoivent une liste détaillée de la façon dont les monoplaces doivent être assemblées en vue de la course suivante. Tout le monde marche sur ses propres platebandes et ne déborde pas sur celles du voisin. Les mécaniciens ont chacun leur spécialité à l’assemblage, du train avant de l’auto à l’aileron arrière, en passant par le moteur ou la transmission.

Un mécaniciens s’occupe également de superviser chaque monoplace et un chef mécanicien coordonne les efforts sur les deux automobiles. A Brackley, la vie est aussi organisée que dans une fourmilière, et cette chorégraphie contrôlée devient une routine des plus efficaces, où chaque mécanicien sait ce qu’il a à faire et comment.

Bien entendu, le timing entre en jeu, certaines tâches ne pouvant être réalisées qu’une fois une autre accomplie. Ce n’est qu’à la fin que tout le monde y va d’un peu d’huile de coude pour nettoyer avec attention le moindre grain de poussière, poussant l’obsession du détail un cran au-dessus de ce que votre mère intraitable vous imposait au moment de ranger la chambre !

Difficile, en assistant à cet assemblage de vis microscopiques et de câblages infinis, de penser que la voiture sera prête à temps et représentera un tout. La structure visuelle de la monoplace désossée ne ressemble en rien à l’aéro d’une F1 telle qu’on la connaît en piste. “Pas de problème”, rassure cependant Bell, habitué. “On s’en sortira” ! Quatre heures plus tard, un squelette approximatif de la monoplace commence à se dessiner : le châssis, le moteur et la transmission sont en place.

Voici le tout progressivement complété comme un jeu de construction par les parties aérodynamiques en carbone, les tuyaux véhiculant le carburant, les câbles électriques, les suspensions, les freins et les éléments de sécurité… Un grand spectacle !

Avec Mercedes AMG

VOUS AIMEZ ?