HRT

On aurait pu penser que si un pilote Indien devait venir nourrir la grille de départ F1, il s’agirait du bavard Karun Chandhok. Mais c’est l’increvable Narain Kartikeyan, qui une nouvelle fois, se réincarne ; aidé, on ne se mentira pas, par les espèces sonnantes et trébuchantes du géant indien de l’automobile bon marché Tata. Si l’on était vicieux, on dirait qu’à team bon marché, on obtient des pilotes bon marché. Mais HRT ne fait pas dans le discount avec Pedro de la Rosa. L’expérimenté espagnol devait vraiment avoir envie de revenir en F1 en tant que titulaire pour s’allier à sa structure nationale.

C’est avec l’ex-développeur McLaren Mercedes, (que l’on peut comparer à Luca Badoer –coup de volant en course en plus-) que HRT espère faire ce fameux pas en avant tellement nécessaire pour éviter l’écueil de la dernière place du Championnat du Monde, et des coûts logistiques qui l’accompagne.

Jeune, l’équipe suscite encore les ricanements dans le paddock au moment d’annoncer que sa monoplace (la F112) n’a pas franchi avec succès les crash-tests FIA, ou qu’un chef espagnol étoilé sera aux commandes des fourneaux dans l’hospitality, quand aucune auto 2012 n’a été vue en piste…

La vérité est qu’une petite équipe de passionnés, certes parfois novices, œuvre jour et nuit pour permettre à la structure d’avoir autre chose que du blanc à afficher sur la carrosserie. Une fois ce « détail » réglé, Pedro pourra faire son boulot !

Actus HRT ////

1 2 3 4 5 6 7 8 9